Horaires des permanences

Lundi 14h-18h

Mardi 14h-18h

Mercredi : fermé

Jeudi 14h-18h

Vendredi 14h-18h

26 rue de la Solidarité, 75019 Paris (Station Danube ligne 7 bis ; porte de Pantin ligne 5 ; tram T3B Butte du Chapeau Rouge 

Inscriptions, renseignement et rendez-vous : 

|+33| (0)9 87 01 75 22

|+33| (0)6 43 75 42 15

|+33| (0)6 84 87 36 59

 

E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

logo Facebook/messenger :

www.facebook.com/associationparabole/ 

 

Histoires de migrants (3)

Expulsion

Monsieur et MadameM. viennent d’être expulsés de l’appartement qu’ils ont occupé pendant 2 ans. Ils nous racontent leur histoire.

Comment s’est déroulée l’expulsion?

Edyta: Lundi matin, sept heures. On frappe très fort à la porte. Je ne sais pas ce qui se passe. Notre chien commence à aboyer. J’ouvre. Je vois deux policiers et (je devine) un huissier. Ce dernier m’adresse un discours en français. Je ne comprends rien. Je ne connais pas le français. Il va chercher un traducteur qui m’informe que nous sommes expulsés. Je suis étonnée, surprise. Pourquoi n’avons nous pas été prévenus? Si on l'avait su on serait partis de nous-mêmes sans qu’ils aient besoin de recourir aux services de police. Il est vrai qu’à plusieurs reprises quelqu'un est venu chez nous, mais à chaque fois c’était des Français.Monmari réclamait un traducteurmais sans résultat. On m’a accordé dix minutes pour rassamblermes effets personnels et pour quitter l’appartement. Je panique, je commence à faire mes bagages mais je n’en ai pas le droit. Je vais dans la cuisine pour prendre mes médicaments, l’huissier me suit, j’essaye d’entrer dans la salle de bain pour m’habiller, il est derrière moi. Le traducteur vient àmon secours. L’huissierme laisse enfin un peu de liberté. Je prends mon téléphone pour prévenir mon mari qui vient de partir à l’entretien d’embauche ; on me l’interdit. J’ai réussi quandmême à le joindre et il arrive en vitesse. Nous nous apprêtons à descendre la télé et le lave-linge tout neufs que nous venons d’acheter mais on nous empêche de le faire.Mon mari essaye de retrouver garanties, il n'en n’a pas le temps. L’huissier nous informe que tout ce qui se trouve dans notre appartement sera déposé dans un box dont il nous donnera l’adresse et où nous pourrons nous rendre dès cet après-midi. Le box est loué pour un mois, le temps de nous retourner et de reprendre toutes nos affaires. Lorsque nous quittons l’appartement, une employée de la mairie nous remet le procès verbal de l’expulsion. Un taxi payé par laMairie nous attend devant l’immeuble. Il nous conduit à un hôtel où nous ne pouvons rester que quatre jours ; d’ „hôtel“: il n'en a que le nom. Nous nous rendons tout de suite à Flexistockage où ont été déposées nos affaires. Nous constatons qu’il manque plusieurs choses : outils de travail de mon mari, lave-linge, vêtements, couvertures, linge demaison, bouilloire et autres choses indispensables à la vie quotidienne. Nous ne savons pas ce qu’elles sont devenues.

Comment avez-vous trouvé cet appartement?

Adam: Nous l’avons trouvé par annonce dans un journal polonais. C’était un „appartement à rénover“.Mon mari a donc fait des travaux. Le bailleur était une polonaise. Nous l’avons vue une fois seulement parce que tout de suite après notre emménagement nous avons eu la visite de la Police. Des agents ont fait la liste des objets qui s’y trouvaient. Nous avons compris que nous habitions illégalement dans ce local. Nous avons ensuite été convoqués au tribunal. La première fois, il n’y avait pas de traducteur et l’audience a été suspendue mais ensuite, nous avons été jugés en présence d’un traducteur et condamné à quitter les lieux. Nous avons appris que la Ville de Clichy a acheté cet immeuble mais personne ne savait ce qu'allaient devenir les occupants. Depuis, nous nous attendions à une expulsion mais nous ne connaissions pas la date exacte.

Parabole : Pour aiderMonsieur etMadameMà récupérer le reste de leurs biens nous avons fait beaucoup de démarches : de nombreux e-mails on été envoyé et des coups de fil passés à la mairie, à la police, à l’huissier ont été donnés. Monsieur et Madame M ont dressé une liste des choses qu’ils n’ont pas retrouvées dans le box et qui étaient probablement restées dans leur appartement. Après l’expulsion, les fenêtres et les murs de l’immeuble ont été murés et personne ne pouvait plus y pénétrer. Pour casser le mur il fallait l’autorisation de l’huissier. Quand nous l’avons obtenue il fallait que la Mairie accepte d’envoyer un ouvrier pour faire le nécessaire, ce qui nous a été refusé. Pour lemoment nous avons la promesse queMonsieur etMadameMpourront récupérer leurs affaires lorsque les travaux de rénovation de l’immeuble
commenceront, donc dans quelques jours.

Pour ne pas se retrouver dans telle situation, nous recommandons à ceux qui louent un appartement de:

  1. Vérifier si le loueur a le droit de louer l’appartement qu’il vous propose.
  2. Demander à souscrire un contrat de location.
  3. Payer la caution et le loyer par chèque ou mandat.
  4. Assurer l’appartement loué.